INFOS LIVE : LA CNMCI vous souhaite une bonne et heureuse année 2017

Artisan du mois : Jean Ahoua, bottier, fondateur de "Gona Maroquinerie"

artisan mois

Sa carrière.
Spécialisé dans la maroquinerie et des articles chaussants, Jean Ahoua Gona Cyrille est un artisan dont les compétences et la renommée dépassent les frontières de la Côte d’Ivoire. Artisan de 52 ans, natif d’Agboville, Il est l’une des plus grandes références dans le domaine de la cordonnerie et de maroquinerie en Côte d’Ivoire. Son atelier est situé à Cocody Riviéra 2 (District d’Abidjan) où il emploie environ 10 personnes. Après plusieurs années de travail et de rigueur, Jean Ahou. G.C. vend aussi bien ses articles sur le plan national qu’international. Ainsi, ses qualités sont reconnues par l’Etat de Côte d’Ivoire. En 2014, le Ministère en charge de l’artisanat lui a décerné le prix d’excellence dans le domaine de l’artisanat. Il est également membre du Comité National des Branches (CNB) pour la reforme de l’enseignement technique. Jean Ahoua.G.C. est par ailleurs reconnu pour sa qualité de formateur par le Fonds de Développement de la Formation Professionnelle (FDFP)… et bien d’autres références. Mais comment est –il arrivé là ? Jean Ahoua. G.C. a commencé sa vie active en tant qu’employé dans une entreprise de la place. Au bout de quelques années, il décida de s’installer à son propre compte en choisissant le métier de la cordonnerie qu’il a apprend sur le tas en 1990. Cinq (5) ans plus tard, c’est-à-dire en 1995, Il a ouvert son premier atelier à Attécoubé (Cité Fermond) avec la modique somme de 15000 frcs.
Ses conseils
Il présente l’artisanat comme une vertu sociale à laquelle l’on peut accéder à tout âge avec ou sans niveau d’étude, à la seule volonté de jouir d’une indépendance économique. Pour Jean Ahoua, un métier doit faire vivre l’artisan dans toute sa plénitude et non au jour le jour. Pour ce faire, l’intéressé doit choisir un secteur porteur qui n’est pas forcément celui qu’il aime. En suite, faire l’apprentissage et se perfectionner afin de s’installer à son propre compte ou d’offrir ses services à une tierce personne ou à une entreprise. Dans tous les cas l’on doit prendre son métier au sérieux pour en tirer profit. Vue la multiplicité des corps de métiers du secteur de l’artisanat, il en déduit qu’il ya assez de places et de parts de marché pour tout ceux qui décident de prendre leur destin en main en apprenant un métier.